« Ils » ne voteront pas aux prochaines élections municipales !

Grenobloise sans droit de vote« Ils », ce sont les résidents et résidentes étrangers issus de pays extérieurs à l’Union européenne, présents depuis de nombreuses années en France. Ces femmes et ces hommes, nous les connaissons, nous les côtoyons tous les jours.
« Ils », sont des nounous, des médecins « étrangers » qui font fonctionner l’hôpital public avec leurs collègues français et européens, des ouvriers, des cuisiniers, des informaticiens, des commerçants, des artisans, des chercheurs, des artistes en provenance de tous les pays et les continents du monde, qui ont choisi la France comme patrie de destin.
« Ils », sont ceux avec qui nous travaillons, voyageons quotidiennement dans les transports en commun, attendons ensemble nos enfants à la sortie des écoles, accompagnons et suivons leurs activités sportives, votons dans les élections professionnelles et syndicales.
« Ils », ne pourront pas voter en 2014 car le président François Hollande n’a pas eu le courage d’engager la réforme constitutionnelle nécessaire à l’élargissement du droit de vote, prévue dans sa 50e promesse de candidat.
« Ils », seront écartés de ce temps démocratique que sont les élections municipales alors qu’« Ils » participent pleinement à la vie économique, sociale, culturelle, associative et sportive de nos cités, comme tous les citoyens français et européens. En mars prochain, dans certaines villes, des milliers d’acteurs de la vie locale ne pourront pas voter au seul motif qu’« Ils » sont nés quelque part, mais pas ici. Cela est injuste et dangereux pour la démocratie.

Les quatre derniers présidents de la République se sont prononcés, durablement ou non, en faveur du droit de vote des étrangers aux élections locales. Certains l’ont intégré dans leurs promesses électorales mais abandonné aussitôt au motif que « le peuple » n’y serait pas prêt, ou encore que le contexte social ou économique ne serait pas favorable. Pourtant, les sondages effectués chaque année, depuis 1994 par La Lettre de la citoyenneté, indiquent qu’une majorité des personnes consultées y sont favorables depuis plus de dix ans.
En dehors de quelques voix courageuses, les élus du centre et de l’UMP se contentent, au mieux, de considérer que ce n’est pas le moment, mais, le plus souvent, surfent sur les vagues xénophobes prédisant le risque d’un vote communautaire. Ce risque est infirmé par l’observation des pratiques en cours chez nos voisins européens, qui ont en majorité ouvert le droit de vote aux élections locales à leurs résidents étrangers.
Ici, plutôt que de débattre et réfléchir à l’avenir de notre démocratie, des élus affirment le lien « indéfectible » posé par la Constitution entre la nationalité et la citoyenneté, infirmé par l’octroi du droit de vote et d’éligibilité aux élections locales et européennes aux résidents étrangers de l’Union européenne, à la suite du traité de Maastricht de 1992. Pourtant la Constitution a été plusieurs fois modifiée sur ce point, puisque pendant longtemps le droit de vote n’était ouvert qu’aux hommes de plus de 21 ans. Faudrait-il, au nom de principes prétendument immuables, revenir sur le droit de vote des femmes obtenu en 1944, 150 ans après la Révolution, quand la France fut un des derniers pays de l’Europe à le faire, revenir sur le droit de vote à partir de 18 ans obtenu en 1974 ?

Notre pays est-il condamné par l’immobilisme de ses élus à rester dans le peloton de queue des pays démocratiques, en regard du progrès que constitue l’ouverture du droit de vote à l’ensemble de ses résidents ?
Pour éviter les clivages partisans habituels, le débat sur ce sujet devra gagner en hauteur et en sérénité. Aujourd’hui, il est urgent que le président de la République engage un chantier sur les enjeux démocratiques et politiques liés au droit de vote, en invitant des personnalités politiques, associatives et culturelles à le conduire. Ce processus permettra l’étude des pratiques dans les autres pays, la nécessité de revoir le modèle d’intégration, l’analyse de l’intérêt à ouvrir le droit de vote à tous les résidents pour conforter le lien économique, social, culturel entre tous les habitants de nos communes. Fort de ce travail, nos Assemblées et les élus seront prêts à examiner à nouveau un projet de loi constitutionnelle ouvrant le droit de vote et d’éligibilité à tous les résidents étrangers aux élections municipales. Il faut rappeler que ce projet devra ensuite être adopté par le Congrès, à la majorité qualifiée des 3/5e des suffrages exprimés.
Pour cela, il faudra dépasser le clivage politique actuel avec la conviction que l’égalité des droits et la citoyenneté pour tous les résidents, qui participent à chaque instant à la vie économique et culturelle de nos communes, est un atout pour la démocratie, et qu’il sera un outil pour faire reculer la xénophobie et le racisme qui menace notre pays.
A ces conditions, nous pouvons espérer qu’aux prochaines élections municipales de 2020, tous les résidents qui vivent la citoyenneté dans nos cités pourront y participer sans discrimination, et qu’« Ils » pourront enfin voter.

Collectif Droit de vote 2014 :
Mohamed Ben Saïd, Fédération des Tunisiens pour une citoyenneté des deux rives (FTCR)
Habiba Bigdade, Ligue des droits de l’Homme (LDH)
Michel Butez, Mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples (Mrap)
Souad Chaoui, Association des Marocains en France (AMF)
Bernard Delemotte, Lettre de la citoyenneté
Alain Esmery, Ligue des droits de l’Homme (LDH)
Pierre Gineste, Association pour une citoyenneté européenne de résidence (Acer)
Vincent Rebérioux, Ligue des droits de l’Homme (LDH)
François Sauterey, Fédération syndicale unitaire (FSU)
Continuer la lecture

Publié dans Politique | Laisser un commentaire

Exclusif : la maquette du futur lycée Mounier

Maquette du futur lycée MounierDepuis quelques jours, la maquette du nouveau Mounier qui sera reconstruit sur l’emplacement actuel est présentée aux élèves et aux enseignants dans le hall du lycée. Sur les images ici et on peut voir que cette nouvelle construction pourra se faire en maintenant l’ancien lycée en activité. C’était le vœu de la communauté éducative qui s’est battue contre la destruction de ce lycée faisant le lien entre nord et le sud de la ville.

Aujourd’hui, ce projet de reconstruction qui a été obtenu par la lutte des « Mounier » marque l’abandon d’une décision prise par le Conseil Régional au mépris des habitants et dont au moins une élue venue la présenter lors du Conseil d’Administration extraordinaire de septembre 2010 figure en bonne place sur la liste « Aimer Grenoble pour vous ». Il faudra que les historiens établissent à partir des archives le rôle de chacun dans ce funeste projet qui a mobilisé contre lui tant d’énergies pour arriver à cette victoire du bon sens sur les basses spéculations immobilières. En attendant voici une dernière image présentée dans la hall du lycée ici.

Publié dans Politique | Un commentaire

IVG : un combat n’est jamais gagné pour toujours

Manifestation pour le droit à l'avortement Grenoble 1er février 2014 Désolé d’avoir un peu délaissé mon blog ces derniers temps, mais les ultimes conseils et la campagne des municipales me prend du temps. Aussi le suivi des tweets, nouveau réseau social pour moi. D’ailleurs vous pouvez suivre mon compte twitter @gikuntz. Rassurez-vous je vais avoir bientôt plus de temps pour tous les billets que j’ai gardés en magasin..

Samedi dernier à Grenoble comme ailleurs en France et en Europe une manifestation de soutien aux femmes espagnoles menacées de voir réduire considérablement leur droit à l’avortement s’est déroulée dans une bonne ambiance une partie de l’après-midi. Après un rassemblement place Félix Poulat, un cortège a déambulé dans les rues du centre ville. Malgré la campagne électorale, les drapeaux étaient absents et une large unité a pu se montrée autour de ce combat essentiel que l’on croyait gagné depuis 40 ans.

Le lien entre le combat en Espagne et ici a été souligné avec de plus en plus de difficultés même à Grenoble où le premier centre du Planning Familial a été créé. Ceci montre bien qu’un droit n’est jamais acquis et que nous devons rester mobilisés.

Publié dans Général, Politique | Laisser un commentaire

Rétrospective 2013

Meilleurs vœux pour 2014 !

Publié dans Général | Un commentaire

Hébergement : un toit c’est un droit !

manifestation à Grenoble le 15 novembre 2013 Aujourd’hui à l’appel de la CISEM (Coordination Iséroise de Soutien aux Etrangers Migrants) a au lieu une manifestation appelée devant le Conseil Général de l’Isère et qui s’est déplacée ensuite à la Préfecture. L’Etat et le CGI sont en effet tous les deux en charge de la mise à l’abri des populations dépourvues de toit.

Le Conseil Général est en charge de l’hébergement des familles dans le cadre de la protection de l’enfance; l’Etat lui doit donner un toit aux demandeurs d’asile en attente d’une décision administrative sur leur dossier. On assiste pourtant depuis quelques années à une non-application de ce droit à un hébergement. Le Conseil Général a décidé de ne mettre à l’abri que les familles avec enfants de moins de 3 ans.. Au delà, à la rue ! L’Etat de son côté ne crée pas assez de places en CADA (Centre d’Accueil de Demandeurs d’Asile).

Les associations ont toujours dénoncé le principe de l’hébergement hivernal saisonnier au thermomètre. Un toit c’est un droit, mais toute l’année.. Qu’à cela ne tienne, le gouvernement a décidé de la suppression de cette mise à l’abri l’hiver mais sans créer des places suffisantes pour un accueil toute l’année. La ministre du logement a demandé aux préfets de recenser les bâtiments publics vides, mais visiblement elle n’a pas seule voie au chapitre et les décisions de réquisitions se font attendre.

Pendant ce temps des associations font un bilan des conditions déplorables d’hébergement précaires qui sont indignes de notre pays, qu’on croyait être une terre d’accueil. Lire ici ce rapport.

Espérons des propositions concrètes du Préfet lors du rendez-vous qu’il a accordé à la CISEM la semaine prochaine. En attendant les tentes ici ou là font partie du paysage grenoblois, alors qu’il y a 10 ans cela aurait entrainé un élan de solidarité vers ces familles à la rue.. Les temps changent et la précarité s’installe durablement.

Publié dans Politique | Laisser un commentaire

Réponse au « rêve brisé » …

D’autres images de Villeneuve… après celles d’Envoyé Spécial.

Merci aux habitants qui sont les vrais acteurs de notre quartier.

Publié dans Politique | Laisser un commentaire

Chili : mémoires et résistances

L'exil chilien en IsèreDepuis plusieurs mois est préparée une série de manifestations à Grenoble et dans l’Isère pour commémorer le coup d’état du 11 septembre 1973 au Chili quarante ans après. De ombreux chiliens arrivés à Grenoble dans les années qui ont suivi ce putsch militaire participent au travail de mémoire dans la cadre du collectif « Chili 1973-2013 : Mémoires et Résistances ».

Hier 11 septembre, jour anniversaire avaient lieu les cérémonies protocolaires dans plusieurs communes de l’agglomération en présence de Jorge Arrate, ancien ministre de l’Unité Populaire sous la présidence de Salvador Allende. Un premier hommage eu lieu le matin à Saint Martin d’Hères, puis en début d’après-midi au Pont-de-Claix sur la place du nom du défunt président chilien. Sur cette photo, on peut voir aux côtés de Jorge Arrate, un exilé chilien et son fils. C’est en effet à la deuxième génération de porter le flambeau de la mémoire et de faire vivre la résistance à l’oppression ici et là-bas.

Ensuite a eu lieu la cérémonie de Grenoble sur la place Salvador Allende où a été dévoilé un cube sur lequel un hommage est rendu à la mémoire d’Allende pour le passant. D’émouvants discours ont été prononcés et des chants ont clos ce moment fort et très écouté par le nombreux public.

La soirée s’est terminée dans la salle de l’ancien Palais de Justice avec la projection du film de Michel Szempruch « Exilios chilenos, exils chiliens 40 ans après le coup d’État militaire, Isère/Grenoble ». Encore une salle comble et des témoignages poignants dans le film et en direct lors du débat.

Le prochain rendez-vous est d’importance; Il aura lieu lundi 16 septembre à 20h au cinéma Le Méliès à Grenoble avec la projection du film « Le juge et le général » d’Elizabeth Farnsworth et Patricio Lanfranco, et la présence exceptionnelle du juge Juan Guzmán qui a mis tout en œuvre pour faire juger Pinochet et ses comparses assassins et tortionnaires. Attention : réservation obligatoire auprès du cinéma vu l’évènement…

Vu le dimanche pluvieux annoncé, profitez-en d’ici là pour aller voir ou revoir l’exposition du Musée de la Résistance et de la Déportation de l’Isère « Exiliados. Le refuge chilien en Isère » qui continue encore un mois et dont l’affiche illustre ce billet.

Publié dans Politique | Laisser un commentaire

Rentrée à Grenoble : enfants en danger

Rassemblement le 12 juin devant des antennes relais dans le quartier BeauvertLe 12 juin des habitants du quartier Beauvert à Grenoble se sont réunis pour protester contre l’implantation d’antennes-relais au haut d’un immeuble (photo) à moins de 100 m de la nouvelle école Beauvert qui a ouvert ses portes aujourd’hui, jour de la rentrée. Au passage, j’étais le seul élu présent (à droite sur la photo).

Auparavant avec l’association Robin des Toits des mesures de radiations avaient été effectuées dans des appartements proches. Le reportage passé sur FR3 est visible ici.

La Ville de Grenoble a beaucoup communiqué sur une charte qu’elle prétend exemplaire signée avec les opérateurs. Elle a même été choisie nationalement pour expérimenter une baisse à 0,6V/m du seuil de radiation dans toute la ville. Les résultats de cette étude se font attendre et l’élu en charge de ce dossier a quitté Grenoble pour raisons professionnelles sans être remplacé dans sa délégation. Encore des promesses qu’il faudra rappeler lors de la campagne électorale à venir !

 

Publié dans Politique | Laisser un commentaire

Charles Piaget, toujours combatif

Charles Piaget (militant syndical chez Lip en 1973)

Lors de l’université d’été des Alternatifs qui s’est tenue en Isère à Beaulieu, Charles Piaget est intervenu lors d’un débat consacré aux pratiques autogestionnaires dans les luttes. Parlant de son expérience de leader syndical lors du conflit Lip démarré en 1973 et dont le point d’orgue a été la manifestation nationale de Besançon le 27 septembre 1973, à laquelle j’ai participé avec de nombreux Grenoblois et Grenobloises.

Nous avons aussi projeté le documentaire de Christian Rouaud sorti en 2007 : Les Lip, l’imagination au pouvoir que je vous engage à voir ou revoir.

Publié dans Politique | Laisser un commentaire

Emprunts toxiques de la Métro vus de Grenoble ou de Paris…

Didier Migaud, premier président de la Cour des ComptesDans ce précédent billet en février 2012, je vous parlais de l’emprunt toxique souscrit par la Métro en 2007 sous la Présidence de Didier Migaud et les conseils de Geneviève Fioraso alors respectivement Président et Vice-Présidente de la Métro chargée des finances. Depuis l’envol du taux de cet emprunt toxique en 2011 et après plusieurs échéances honorées à plus de 13% d’intérêts de ce prêt de 25 millions d’euros, la Métro vient enfin de décider d’aller en justice et de ne plus verser ces intérêts exorbitants, mais de les mettre en provisions dans ses comptes en attente de l’instruction d’une plainte déposée par le Président Baietto avec l’accord unanime du conseil d’agglomération. Il n’a pas été facile d’en arriver là tant l’exécutif de la Métro était frileux à l’idée d’attaquer une banque en justice. D’autres collectivités pourtant l’avaient fait avant nous et avaient même gagné en première instance. C’est la cas de la Seine-Saint-Denis pour laquelle le tribunal de Nanterre a ordonné en février dernier le remplacement du taux d’intérêt du contrat initial par le taux légal en vigueur, soit … 0,04 % ! Comme souvent le jugement porte sur la forme et non sur le fond : la banque avait oublié de mentionner le taux effectif global ou “TEG”, qui indique le coût réel, global, d’un crédit. Justement c’est l’absence de cette mention qui fonde aussi la plainte de la Métro et le même argument peut être appliqué à tous les prêts toxiques, puisque par nature leur taux d’intérêt effectif ne peut être écrit sur le contrat, car il est imprévisible en dépendant de facteurs extérieurs comme le taux de change entre monnaies.

Il y a quelques jours, le même Didier Migaud qui avait signé ce prêt en 2007 présentait un rapport en tant que premier président de la Cour des Comptes sur le coût pour l’État du renflouement de la banque franco-belge DEXIA. Dans ses préconisations, ce rapport recommande qu’une loi valide l’absence d’indication du TEG dans les contrats et cela rétroactivement :

« L’enjeu budgétaire lié à ces contentieux pour les entités publiques actionnaires pourrait constituer un motif d’intérêt général suffisant pour justifier des mesures de validation législative.
Les mesures actuellement à l’étude au sein de l’administration consisteraient en l’adoption de dispositions législatives qui rendraient valides les contrats de prêt passés entre les personnes morales et les établissements financiers, dès lors qu’y figureraient les modalités précises de calcul des échéances, de leur périodicité et de la durée du prêt. Dans ces conditions, le défaut de la mention du TEG n’emporterait plus, par lui-même, le retour au taux légal. »

Le rapport estime à 140 milliards d’euros le coût prévu pour l’État en cas de jurisprudence applicable à tous les prêts toxiques conclus avec le nouvelle banque publique ayant repris ces prêts : la Caisse française de financement local.

Didier Migaud dans ses nouvelles fonctions oublie l’intérêt de la collectivité dont il porte la responsabilité d’avoir souscrit ce prêt en terminant son rapport par le conclusion suivante :

« À l’heure actuelle, le risque juridique le plus critique provient de la décision du tribunal de grande instance de Nanterre concernant les contrats souscrits par le département de Seine-Saint-Denis.
Cette décision, si elle se généralisait, représenterait un avantage extrêmement élevé au profit des collectivités qui ont fait le choix de souscrire des prêts structurés. En reportant sur l’État les difficultés de payer les emprunts contractés, les collectivités locales auraient la certitude que l’État peut prendre en charge les conséquences de leurs politiques autonomes d’emprunt. Cette situation reviendrait à créer un enrichissement sans cause des emprunteurs, en l’occurrence de ceux qui ont fait le choix de souscrire les emprunts les plus risqués.
Le risque lié au TEG renvoie, par ailleurs, à une pratique de conclusion des contrats de prêts commune à l’ensemble de la sphère bancaire. Ce risque concerne donc un champ plus large que celui des seuls prêts structurés, et il est susceptible d’affecter de nombreux établissements bancaires.
Sans attendre, la Cour estime nécessaire de prendre des mesures pour limiter les conséquences des contentieux. »

En attendant « l’enrichissement sans cause » de la Métro, celle-ci a déjà perdu plusieurs millions d’euros et en provisionne 2 ou 3 millions de plus chaque année en attendant un jugement définitif ou une loi rétroactive que je pensais illégale !

Publié dans Politique | 2 commentaires

Urgence hébergement

Pique-nique solidaire 2013 à Grenoble Comme chaque année, les associations solidaires des «sans-papiers» organisaient mercredi 26 juin un « pique-nique solidaire » devant la Préfecture place de Verdun à Grenoble. Cette année les revendications portaient bien sûr sur l’obtention du droit au séjour qui n’a pas été plus ouvert par les ministres de François Hollande que les précédents de droite. Tout au plus,  les règles ont été précisées par la circulaire Valls, mais elles n’ont pas été plus généreuses loin de là.

Beaucoup de réfugiés étaient venus avec leurs familles et demandaient d’abord à être hébergées au moment où des menaces précises risquent de les remettre à la rue à la fin de l’hébergement hivernal dans quelques jours. En effet, le Conseil Général de l’Isère a décidé unilatéralement de ne plus payer les chambres d’hôtels qui à ce jour hébergaient 709 personnes dans le cadre du « dispositif hôtelier ». Même si la compétence de l’Etat est entière en ce qui concerne l’hébergement de demandeurs d’asile en attente de décision, ce retrait brutal du CGI va inévitablement remettre à la rue des familles et mêmes des enfants en bas âge. Cela n’est pas tolérable d’un conseil qui se dit de gauche. Mais, les conseillers généraux ont-ils été associés à une décision, qui vise à faire des économies dans le social ?

De son côté, l’Etat qui doit héberger les étrangers en attente de décision a choisi aussi d’arrêter au 30 juin le dispositif hivernal mis en place en novembre. Même si les interventions des associations ont permis d’obtenir une rallonge de crédits, celle-ci ne sera pas suffisante pour faire la jointure de l’été. Des tentes sont d’ores et déjà installées sur du bitume à Alpexpo et la Métro recherche d’autres terrains pour créer de véritables camps de réfugiés. Quelle honte !

Face à cette situation qui ne cesse d’empirer, les personnes en hébergement d’urgence ont décidé de s’unir pour faire entendre leurs voix si souvent oubliées. Venez les soutenir en participant vendredi 5 juillet au rassemblement à 14h et à la marche prévue de la place Félix Poulat à la Préfecture. Vous pouvez lire leur appel ici et le diffuser.

Publié dans Politique | Laisser un commentaire

Turquie : témoignage des violences du 15 juin

Manifestation contre la terreur en Turquie- Grenoble 15 juin 2013Quelques heures après un rassemblement et une manifestation de solidarité de plusieurs centaines de grenoblois et grenobloises ce samedi, une terrible répression s’est abattue sur les manifestants pacifiques qui demandent de préserver le parc central Gezi à Istanbul.

Pour une fois, je me fais le porte-parole d’un témoin pour retranscrire l’horreur de cette répression en pensant aux militants rouges et verts que j’ai connus là-bas lors du Forum Social Européen de 2010 et qui sont à coup sûr parmi les occupants du parc.

————————————————————————

Tout a basculé à Taksim hier soir
Hier soir la guerre a été déclenchée par la police, je suis un témoin direct puisque j’étais sur place.
La violence démesurée de la police a fait des centaines de blessés, le parc a été évacué de force avec gaz, jet d’eau contenant des produits chimiques causant des brûlures sur la peau, les balles en plastiques ont blessés des dizaines de personnes, dont une femme enceinte. Par ailleurs, des grenades cataplexiantes (incapacitantes) ont semé la terreur dans tous le quartier.
L’intervention a eu lieu alors qu’il n’y avait aucune manifestation, aucun rassemblement ni dans le parc Gezi, ni sur la place. C’était un samedi ordinaire et les habitants étaient venu avec leurs enfants pour prendre l’air dans ce parc.
Cette intervention a été faite hier à partir de 19h40 alors que la Plateforme de Taksim avait annoncé à 11h00 le retrait pacifique des occupants du parc dès lundi.
Les affrontements ont duré jusqu’au petit matin, j’étais coincé entre les barricades et la police. Je me suis réfugiée dans un passage commerçant, la police a même lancé le gaz à l’intérieur de tous ces passages où les gens s’étaient réfugiés. J’ai été gazée, et j’ai vu des gens tomber comme des mouches sur la rue Istiklal.
Des milliers ont afflué de tous les quartiers d’Istanbul pour venir en soutien à Gezi Park et les manifestants. La municipalité a annulé tous les transports en commun dès 11h00 pour empêcher cela mais les gens sont passé de la rive asiatique en marchant sur les ponts du Bosphore. La police a gazé ces gens à pied sur le pont même, sans leur laisser une issue de sortie, sauf peut-être de se jeter par le pont.
Les hôtels qui ont accueilli les gens blessés ont été gazés de l’intérieur. Les touristes ont accueilli les blessés dans leur chambre d’hôtel mais ont subi également les violences car les lobby et réceptions, transformés en centre de soins médicaux, de ces hôtels ont été attaqués par la police. Ceci est un crime contre l’humanité, du jamais vu même dans les pays avec des régimes les plus répressifs.
Toute cette violence n’a pas arrêter le peuple qui s’est regroupé dans chaque quartier.
Nous ne connaissons pas exactement le nombre de blessés, mais nous savons qu’il y a plusieurs blessés dans un état grave, nous en sauront plus dans quelques heures.
Des centaines de gens blessés n’ont pas pu recevoir de soins médicaux car les forces de l’ordre ont interdit l’accès des ambulances à Taksim.
Aujourd’hui, Erdogan tient un meeting à Istanbul avec ses supporters, qu’il n’hésitera sans doute pas à lacher contre les résistants.
Les habitants des 70 villes du pays sont dans la rue aujourd’hui pour protester.
Des dizaines de milliers sont en train de marcher vers la place Taksim. La violence du pouvoir actuel contre ses citoyens doit être arrêter au plus vite.
Je vous demande de divulguer le message partout où vous pouvez. C’est vraiment très grave et cela va sans doute continuer.
La désinformation du pouvoir ne doit pas être relayée par les médias européens mais la vérité doit être entendue partout dans le monde.
Merci à tous de faire en sorte que l’information circule le plus vite et largement possible.
Ce dimanche 16 juin, nous nous attendons malheureusement à la suite des violences.
Defne Gursoy

Istanbul, 16 juin 2013, 11h00 (heure locale)

Publié dans Politique | Laisser un commentaire

Les habitants de la Villeneuve à Lyon

Musée Tony Garnier dans le quartier des Etats-Unis à LyonSamedi dernier, j’ai accompagné un car d’habitants de la Villeneuve qui se sont rendus à Givors et Lyon pour rencontrer d’autres habitants de quartiers populaires. Cette initiative des Ateliers Populaires d’Urbanisme a permis de visiter d’une part la cité des Étoiles construite dans le centre de Givors par l’architecte Jean Renaudie qui a aussi réalisé la cité homonyme à Saint Martin d’Hères. Ce quartier fait partie des « Utopies réalisées » qui regroupent cinq quartiers de la région présentant des architectures classées « Patrimoine du XXe siècle ». Parmi celles-ci figure également le quartier des États-Unis à Lyon que nous avons visité l’après-midi.

Accueillis par l’association des habitants de cette cité HLM, nous avons parcouru le quartier en apprenant l’histoire de la trentaine de fresques murales ornant les murs aveugles de ce quartier populaire construit dans les années trente par l’architecte lyonnais Tony Garnier auquel on doit de nombreux bâtiments publics à Lyon. Même si la Villeneuve de Grenoble a vu le jour 40 ans plus tard, de nombreuses similitudes sont à relever. Avant une réhabilitation, les habitants de cette cité ont dû lutter pour éviter la démolition complète de leur quartier. C’est ainsi qu’il ont eu l’idée de valoriser le quartier par la réalisation de fresques murales recouvrant les isolations thermiques financées par l’Etat. Aujourd’hui, les responsables qui ont obtenu ce résultat sont encore actifs et ont pu nous expliquer avoir rencontrer les mêmes problèmes de communication que nous avec leurs élus. C’est ainsi que la municipalité avait décider sans consultation de construire un immeuble de bureaux sur un ilot ou d’installer des œuvres sans concertation dans l’espace public. Mais à chaque fois les habitants entrent en lutte et font de la résistance passive avec par exemple des mamies qui s’enchainent sur les lieux devant la presse. Une idée à Grenoble ?

Publié dans Politique, Voyages | Laisser un commentaire

Les chêvres de la Métro

Chèvres de la ferme intercommunale du MurierCe matin a été inaugurée la ferme intercommunale du Murier construite par la Métro sur les coteaux au sud-est de l’agglomération. C’est une belle réalisation en bois bien intégrée au site conçue par le cabinet Peter Wendling. A vocation pédagogique, cette ferme a été confiée à un jeune couple d’agriculteurs désireux de se lancer dans les fromages bio tout en voulant faire profiter les enfants de leur expérience. Voilà un bon projet qui ne pouvait se faire au niveau communal et que seule la Métro puvait réaliser en fédérant tous les partenaires. Cela ne s’est pas fait sans peine tant le repliement de certains sur leur seul intérêt communal est encore grand. Mais le résultat est là et la Métro affiche sa volonté de construire deux autres fermes dans les autres branches de l’Y grenoblois.

Souhaitons une pleine réussite au projet de ce jeune couple d’agriculteurs.

Publié dans Général, Montagne | 2 commentaires

Le patrimoine caché de Grenoble

Les Galeries Modernes, ancêtre des Nouvelles Galeries A l’occasion de la viste de l’exposition du Musée Dauphinois « Les dessous de l’Isère » que je vous recommande, j’ai redécouvert la façade de l’immeuble abritant aujourd’hui les Galeries Lafayette place Grenette, appelées autrefois Nouvelles Galeries et auparavant, comme ici, Galeries Modernes. A l’occasion d’une rénovation au temps des Nouvelles Galeries, la magnifique façade a été recouverte de dalles cachant depuis des décennies son décor du XIXe siècle.

Malgré la création dans le centre historique de Grenoble d’une « zone de protection du patrimoine architectural, urbain et paysager » transformée il y a peu en « Aire de mise en Valeur de l’Architecture et du Patrimoine (AVAP) », cette façade reste désespérément cachée aux yeux des passants. Il est incompréhensible que des moyens n’aient pas pu être trouvés pour aider à la restauration de ce bâtiment que vous pourrez mieux apprécier en le voyant en plus grand par un simple clic sur la photo.

Grenoble ne compte pas assez de patrimoine pour que l’on se permette de passer à côté de cette indispensable restauration. Ce débat rejoint celui de la tour Perret qui se délite et ne sera bientôt plus qu’un édifice dangereux à démolir si l’on n’agit pas au plus vite. J’ai d’ailleurs demandé en commission municipale le point sur ce dossier. Attendons, mais pas trop !

Publié dans Général | Un commentaire

Quand les habitants s’en mêlent

Plantations des habitants en forme de point d'interrogationSamedi dernier malgré le temps maussade deux bonnes dizaines d’habitants sont venus planter un emplacement du parc de la Villeneuve. Les «pensées» qui décorent désormais ce lieu ont été disposées sous la forme d’un point d’interrogation s’adressant aux élus.
Placée dans le cadre de la Semaine du Développement Durable, cette action était soutenue par les collectif Villeneuve Debout et par les Ateliers Populaires d’Urbanisme. A l’endroit où un gymnase a été détruit après son incendie, les habitants demandent de bénéficier de jardins partagés visibles depuis des centaines de fenêtres.
Cette expérience de gestion collective d’un jardin a déjà été menée avec succès dans d’autres quartiers de Grenoble, mais aussi à la Villeneuve dans le secteur des Géants. Espérons que la ville allouera les moyens nécessaires à ce projet en dépolluant le terrain et en organisant la mise à disposition du lieu pour une agriculture raisonnée et un moyen peu cher de contribuer au vivre ensemble.

Publié dans Politique | Laisser un commentaire

Mères de disparus à Tunis

Mères de disparus à TunisArrivé pour le Forum Social Mondial de Tunis qui s’ouvre aujourd’hui, j’ai croisé par hasard un rassemblement de mères en plein centre de Tunis qui brandissaient les portraits de leur fils disparus en mer lors de très nombreux naufrages des embarcations censées les mener vers un avenir meilleur via Lampedusa ou d’autres iles italiennes. Leurs pancartes indiquaient « la terre est à tous et toutes ».

Ce rassemblement me rappelait ceux de femmes kurdes croisées à Istanbul ou des mères argentines de la Place de Mai à Buenos Aires, sauf qu’ici c’est la France qui est coupable de fermer ses frontières hermétiquement à tous les réfugiés, y compris dès le premier jour du printemps tunisien en janvier 2011… La solidarité avec le peuple tunisien passe d’abord par un accueil digne de celles et ceux qui nous demandent l’asile.

Publié dans Politique | Laisser un commentaire

Mounier : qui frise la correctionnelle ?

Les Mounier au tribunal le 26 février 2013 « La vengeance est un plat qui se mange froid » dit la devise. C’est ce que le recteur de l’académie de Grenoble a dû penser en traînant les Mounier au Tribunal Correctionnel.
La raison ? Un rassemblement sous ses fenêtres pendant lequel des inscriptions à la peinture ont été tracées sur le parvis du rectorat. Elles étaient si peu indélébiles qu’un jet d’eau sous pression a suffi à les faire disparaitre dans les heures qui ont suivi. Mais le recteur tenait sa vengeance et a déposé plainte. Il a même été jusqu’à passer la matinée du 26 février dernier durant quatre heures en salle d’audience en attendant que « son » affaire arrive à la barre en fin de matinée.. En pleine réforme de l’école et de préparation de la rentrée à venir, il est étonnant de le voir délaisser ainsi son bureau pour une plainte comme il y en a des dizaines au fil des tags qui fleurissent sur les bâtiments publics et privés. Hier a été rendu le jugement qui met fin aux poursuites contre un des parents, mais condamne un autre, qui a revendiqué son action, à une amende avec sursis et à payer une facture disproportionnée au regard du faible préjudice subi. Le Dauphiné Libéré de ce jour rend compte de ce jugement ici. Pourtant, si l’on juge rétrospectivement les actes du recteur depuis septembre 2010, il est légitime de se demander qui a créé le plus grand préjudice au service public. Des parents qui ont toujours utilisé des moyens pacifiques pour défendre l’avenir de leurs enfants ou celui qui en décrétant une dangerosité fictive des 2/3 du lycée Mounier a entrainé des dépenses bien plus élevées  ? Le recteur, qui part en retraite dans quelques semaines, aura jusqu’au bout affiché un mépris complet pour la communauté éducative du lycée. Nous ne savons pas s’il se retire à Oulan-Bator, mais nommé ici par Nicolas Sarkozy en juillet 2010 en même temps que le préfet-policier, nous ne regretterons pas son départ.

PS : lire le communiqué du 13 mars du collectif Mounier

Publié dans Politique | Laisser un commentaire

Stéphane Hessel, défenseur des droits humains

Stéphane Hessel à la tribune du meeting parisien pour les 60 ans d'occupation de la PalestineDans le concert de louanges que déclenche la disparition de Stéphane Hessel aujourd’hui, un aspect est peu évoqué : son engagement sans faille aux côtés du peuple palestinien. Lui qui avait été déporté à Buchenwald ne peut être suspecté d’antisémitisme comme certains voudraient ainsi qualifier ceux qui s’opposent à l’expansion de l’état d’Israël au mépris du droit international. J’avais eu l’occasion de le voir le 17 mai 2008 à la tribune du meeting parisien organisé à l’occasion des 60 ans de la naqba en 1948 qui a jeté sur les routes des milliers de réfugiés palestiniens chassés de leurs maisons. La photo ci-dessus que l’on peut agrandir en cliquant dessus en témoigne. Certains rendent hommage ce soir à cet engagement de Stéphane Hessel, comme l’Association France-Palestine Solidarité ici, mais le mieux est de l’écouter une nouvelle fois expliquer par exemple ses arguments pour la reconnaissance d’un état palestinien en 2011.

Publié dans Politique | Laisser un commentaire

Non à la violence, oui à une Tunisie démocratique !

Manifestation en hommage à Chokri Belaid à Grenoble le 9 février 2013

Samedi une manifestation organisée dans l’urgence a rassemblé à Grenoble plusieurs centaines de démocrates venus rendre hommage à Chokri Belaïd lâchement assassiné devant son domicile à Tunis. Autour de nombreux français ayant des liens familiaux avec la Tunisie, nous avons tous tenu à dénoncer ce crime et à demander justice. La Tunisie ne doit pas entrer dans la spirale de la violence.

Dans un peu plus d’un mois fin mars je serai à Tunis pour participer au Forum Social Mondial qui y est organisé du 26 au 30 mars.

Les organisations qui participent à ce forum ont pris position face à cet assassinat :

« Nous, organisations signataires engagés dans les préparatifs du Forum Social Mondial qui se tiendra en Mars 2013 à Tunis, sommes consternés et révoltés par l’assassinat de Chokri Belaid, leader politique qui a consacré sa vie à lutter pour la démocratie, la liberté et la justice sociale.
Nous exprimons nos condoléances à la famille du défunt, à ses compagnons de lutte, aux démocrates tunisiens, à ses amis, au peuple tunisien pour la perte d’un homme qui n’a eu cesse de les défendre.
Ce crime odieux intervient après deux années du déclenchement des révolutions en Tunisie et dans la région et à moins de 2 mois de la tenue du FSM 2013 à Tunis.
Cet assassinat vise à faire taire ceux et celles qui luttent pour la dignité, la liberté et la justice sociale, il vise à créer un climat de peur et de haine et faire basculer la Tunisie dans la violence.
Un tel acte ne pourra enrayer ni arrêter le processus engagé par les démocrates tunisiens avec qui nous sommes solidaires. Nous sommes convaincus que les forces démocratiques tunisiennes sauront garder la forte et inébranlable conviction et choix de la résolution pacifique des conflits pour parfaire leur processus démocratique.
Nous appelons les autorités tunisiennes à diligenter d’urgence une enquête impartiale pour déterminer les auteurs de cet assassinat et de tout mettre en œuvre pour que cet acte ne reste pas impuni et ne se reproduise plus.
Nous sommes plus que jamais convaincus de la nécessité d’une mobilisation internationale pour la réussite du FSM 2013 pour en faire un moment fort de soutien au processus démocratique en Tunisie. »

Publié dans Politique | Laisser un commentaire