Apprendre son nouveau rôle d’opposant

Je me garderai bien de donner des conseils aux élu-e-s de Grenoble qui viennent de passer de la majorité à l’opposition au Conseil Municipal. Néanmoins on me pardonnera de signaler des manquements graves au nécessaire travail d’un-e élu-e, même d’opposition.

Ce fut d’abord le cas de Paul Bron, élu de Go citoyenneté, chargé de l’éducation et des universités dans le mandat 2008-2014. A propos d’une délibération proposée par le maire au dernier conseil municipal, il affirmait dans le Dauphiné Libéré du 26 mai : « Lors de ce conseil, la majorité va voter des subventions pour des écoles privées, (…) alors que lors du dernier mandat, les écologistes votaient toujours contre ce genre de délibérations. Maintenant qu’ils ne sont plus dans l’opposition, ils les proposent au vote.. étrange, non ? ». Désolé Paul, toi qui il y a quelques semaines me félicitait pour mon travail d’opposant sérieux et actif pendant tout le mandat, le minimum avant d’affirmer une chose est de la vérifier… Et pour ce vote prétendument contre, il n’y avait pas à chercher bien loin : le conseil du 10 février 2014 et même plus simple, le dossier du conseil du 26 mai dans lequel figurait l’adoption du compte-rendu de cet ancien conseil et que tu as voté sans le lire, il faut croire. En effet il y est précisé en toutes lettres que mon groupe ” Écologie et Solidarité ” n’a pas voté contre ces subventions aux écoles privées sous contrat, mais s’est abstenu au motif exposé par moi-même en séance que nous n’étions pas d’accord avec les éléments pris en compte dans le forfait du coût pour la Ville d’un élève dans une école publique qui sert au calcul de la somme versée aux écoles privées sous contrat avec l’État. En proposant d’appliquer encore une fois ce même calcul à la dernière école qui n’avait pas pu recevoir cette subvention au conseil de févier, l’adjoint à l’école a précisé qu’il comptait bien revoir ce forfait municipal pour 2015. Il parait donc normal de voter la même dotation à une école privée parmi les autres déjà pourvues. Rien d’étrange donc.

A force d’asséner des contre-vérités, les élu-e-s d’opposition finissent par en convaincre les journalistes. Il est vrai que ces derniers manquent aujourd’hui sérieusement de moyens pour enquêter. On peut juste leur suggérer de nous demander confirmation avant de publier une fausse information et même deux dans ce cas. Dans l’édition du 28 mai en effet, le Dauphiné libéré titrait « Quand la majorité vote des délibérations qu’elle avait l’habitude de critiquer…» . Si notre opposition aux subventions de la ville aux pôles de compétitivité qui n’entrent pas dans ses compétences est réelle, les deux autres votes supposés contre sont démentis par les procès-verbaux des conseils encore disponibles  en ligne. Il s’agit du club des mécènes du Musée de Grenoble que nous avons voté en nous en expliquant alors que le groupe communiste a voté contre bien que dans la majorité… Pareil pour le Pass’mobilité sur la Presqu’île avec encore une intervention de notre part toujours en ligne. Nous aurions pu demander un droit de réponse, mais nous comptons désormais sur la presse pour faire son travail de vérification, sinon on peut craindre d’autres vaines polémiques du même genre.

À propos de Gilles Kuntz

Ancien conseiller municipal et d'agglo de Grenoble Habitant la Villeneuve Adhérent à Ensemble!
Ce contenu a été publié dans Politique. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Apprendre son nouveau rôle d’opposant

  1. paul Bron dit :

    OK donc acte.
    Par contre la base des subv versée aux écoles privées à Grenoble reste dans la fourchette basse, par rapport aux autres villes. Difficile à mon avis de faire mieux, mais RV bientôt pour le constat…et si vous pouvez faire mieux tant mieux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *